Cancer

Attention du soleil, qui détermine votre signe de naissance, n'est qu'un des très nombreux éléments qui entrent en compte dans votre thème astrologique. Selon la position des autres planètes, de l'ascendant, des maisons et des aspects, les caractéristiques du signe de naissance peuvent être renforcées ou atténuées. Ces descriptions concernent des signes types, à lire donc avec recul et surtout avec humour et détente!

 

 

 

 

 

Le Cancer

 

 

zodiaque signe astrolique cancer

 

 

 

Portrait :

 

 

Après avoir demandé conseil à ma famille, je saute le pas et je vais parler de moi… Mais avec prudence car la prudence est pour un natif du Cancer la première des vertus (en argent comme dans les rapports humains).

Même si je fais tout pour paraître sûr de moi, et je pense assez bien y arriver, je crois que je suis trop sensible pour vraiment être un battant. J’aime le calme, la douceur, les animaux, les enfants. Bref, je n’ai pas vraiment le profil du loup aux dents longues ou du requin mais je compense par d’autres qualités qui me permettent de faire mon petit bonhomme de chemin : résistance, imagination et une bonne dose d’intuition me permettent de me faufiler en douceur là où d’autres déploient tout un arsenal.

De toutes façons, c’est mon foyer et mes proches qui comptent le plus pour moi et si j’essaie de faire mon trou dans ce monde, c’est pour pouvoir prendre soin d’eux car je tire l’essentiel de mon énergie de ceux que j’aime. Si j’étais seul au monde sans même un chat pour compagnon ? Ma foi, je crois que je m’aménagerais une grotte le plus douillettement possible et que je passerais mes journées à lire et à rêver, peut-être à créer des choses car on me dit très fécond. D’ailleurs, j’aime bien la solitude et si j’adore me sentir bien entouré et recevoir des témoignages d’affection qui donnent un sens à mon existence. J’aime aussi, ponctuellement, me cacher dans mon coin, me replier dans mes quartiers personnels ou mon jardin secret pour me détendre et me ressourcer. Par dessus tout, l’adage « après l’effort, le réconfort » convient parfaitement aux natifs du Cancer.

Si mon esprit n’est pas tourné vers les miens ou vers un acte créatif quelconque, il s’oriente volontiers vers le passé, l’histoire, les vieux objets que j’accumule sans trop savoir pourquoi. On me dit nostalgique. C’est probablement vrai car je considère que le passé est le terreau du présent et c’est probablement pour cela que la nature m’a conféré une excellente mémoire.

Je crois qu’un des mes plus gros problèmes est que mon énergie s’épuise très rapidement. Pourtant, je ne suis pas paresseux mais je me fatigue vite et cela peut jouer sur mon humeur. Autant je peux être en forme et gai comme un pinson, autant la fatigue me sape le moral et me fait devenir morose et taciturne. Dans ces cas là, la meilleure solution pour moi est de me reposer un peu, de prendre quelques minutes de tranquillité pendant lesquelles mes batteries vont de recharger. Pourtant, soyez confiant, je sais serrer les dents et me montrer exemplaire si on compte sur moi et ceux qui dépendent de moi n’auront souvent même pas la sensation que je me dépasse au quotidien pour eux…

Mon instinct maternel est en effet puissant et a tendance à s’exprimer à tous les niveaux de mon affectivité, même quand je n’ai pas spécialement affaire à des enfants.

Mon point faible principal est mon émotivité et il suffit parfois d’une parole déplacée pour me faire très mal. Je peux alors facilement être déprimé car je me sens vite mal-aimé. Souvent, je compense par la nourriture car manger a quelque chose de rassurant, de convivial et de festif (c’est pour cette raison que mon plus grand témoignage de sympathie consiste fréquemment à inviter les gens à dîner).

On dit les Cancer influençables. Je ne suis pas sûr que ce soit entièrement vrai car je suis très fidèle dans mes sentiments comme dans mes idées. Disons que je suis influençable par mes proches, cela je ne peux le nier mais je pense sincèrement que si mon frère , ma mère ou mon meilleur ami essaie de me convaincre de ça ou ça, c’est probablement pour mon bien… Alors, je me laisse faire.

Voilà, je crois que j’ai tout dit ou presque car je suis sans doute un peu timide et trop pudique pour me révéler totalement… Mais pourquoi ne pas étudier le thème de Camilla Parker Bowles (Soleil, Lune, Mercure, Vénus en Cancer) pour en savoir plus ?

 

 

 

Le signe du Cancer : correspondances

analogiques :

astrologie signe du zodiaque cancer

Cliquez pour zoomer

 

 

Analogies astronomiques

 

 

 

Unique satellite de la terre et agissant pratiquement sur les phénomènes terrestres (marées, pousse des plantes, biorythme de la vie), sa surface est composée de cendres et de lave et criblée de cratères. La Lune est l’éclairage rassurant de nos nuits par réflexion de la lumière solaire. Elle est donc le pendant indissociable du Soleil, son relais nocturne.

Brillant au moment où l’homme cesse ses activités, elle représente la passivité, toutefois, cette passivité n’est qu’apparente puisqu’à défaut de pouvoir agir et créer, l’être humain envisage, songe et laisse son esprit vaquer. Elle est donc rêves, fantasmes et imagination. Si la nuit la Lune se substitue au Soleil, notre conscience est remplacée par notre inconscient, autre domaine de l’astre lunaire.

Mais la Lune, par ses phases, est aussi une métaphore astronomique : disparaissant totalement au moment de la conjonction au Soleil (durant 3 nuits), elle réapparaît en un très mince croissant puis croît douze nuits durant pour devenir Pleine, après quoi son volume diminue à nouveau. Les observateurs du ciel n’ont pu manquer d’y voir la transposition céleste des rythmes de la vie : naissance, croissance, déclin ou encore grossesse et accouchement. Et la Lune étant indissociable du Soleil, il n’y a qu’un pas pour que le Soleil Père soit accompagné de la Lune Mère. On retrouve d’ailleurs cette notion de cycles lunaires de 28 jours dans les menstruations féminines et, de façon générale, la Lune sera donc le symbole de la femme.

La Lune, parce qu’elle n’émet pas de lumière propre, est aussi dépendante et le fait qu’elle accomplit différentes phases et qu’elle n’est d’une nuit sur l’autre jamais la même lui attribue les qualités de changements, de variabilité, de fantaisie.

Enfin, la Lune parce qu’elle semble sans cesse naître et mourir, accoucher et tomber enceinte, est un symbole fort de la vie éternelle et de la réincarnation.

 

Analogies symboliques

 

Pour toutes les raisons précédemment énoncées, voilà ce que symbolise la Lune en astrologie. L'astre nocturne évoque la femme, la mère, la foule, l’enfance, les bébés, la terre (dont elle est très proche et par opposition au Soleil qui symbolise le ciel), le matériel et le prosaïque (par extension de la dualité au Soleil qui représente le spirituel et le grandiose), la matière et le corps (toujours par opposition au Soleil qui est l’éthéré et l’esprit), la fécondité, la matrice, la nourriture, l’imaginaire, le fantasmé, le rêve.

La Lune symbolise également la croissance et la décroissance, les changements, le début et la fin, la réincarnation (laquelle lie ensemble un certain nombre d’idées-forces lunaires : naissance, mort, croissance, terre, incarnation dans la matière corporelle…).

La Lune régente également tout ce qui est relatif aux origines : instincts, inconscient collectif, généalogie, hérédité, le passé, les souvenirs, la mémoire, la tradition, les coutumes.

La Lune, enfin est émotion, intuition, douceur (principales valeurs qu’on attribue en général au sexe féminin. ). Elle concerne de façon générale l’humeur qui change aussi vite que notre satellite (être bien ou mal « luné »…)

En ce qui concerne l’anatomie, la Lune s’occupe de l’estomac, des seins, de l’utérus, de la lymphe, de la vue (avec le Soleil puisque la vue dépend des deux pourvoyeurs de lumière).

Au niveau social, la Lune symbolise la foule, le public, la clientèle, les masses en tant qu’entité réagissant avec leurs émotions plus qu’avec raison. Elle représente aussi de façon globale les rêveurs, les imaginatifs, les artistes, les poètes, ceux qu’ont qualifient de « lunaires » à juste titre…

 

Analogies mythologiques

 

Beaucoup de peuple ont personnifié et déifié la Lune. Très souvent, on la retrouve, sœur ou femme du Soleil, bref, pendant indispensable à la vie.

On pourra notamment penser à Isis, sœur et épouse d’Osiris, déesse de la Fécondité, de la terre et de la femme. Détentrice des secrets de la vie et de la mort (elle ressuscite Osiris), elle était la Nature divinisée.

On peut aussi songer à Séléné/Luna, sœur et épouse d’Hélios, qui eut des dizaines d’enfants (abondance, multiplicité, accouchement) ou à Artémis aux milles seins, mère nourricière par excellence.

On pourra enfin évoquer Héra/Junon, femme de Zeus, déesse du mariage, de la fidélité mais aussi de la jalousie et de la rancune.

tiquité) ou encore à Mile, Dieu de la guerre celte.

 

 

Portrait de la dominante Lunaire :

 

 

 

Il n’est pas nécessaire d’être Cancer pour en avoir toutes les caractéristiques. En effet, si dans un thème natal, la Lune est la planète dominante (voir le calcul des dominantes dans le lexique), le natif développera naturellement les qualités et défauts de cette planète traditionnellement maîtresse du signe du Cancer. Toutefois, la dominance de la Lune présente de subtiles nuances caractérielles par rapport à la dominance du signe du Cancer.

 

 

 

Voici donc le portrait du type lunaire :

Le lunaire est un être doté d’une grande sensibilité. Il ressent les choses plus qu’il ne les sent. Naturellement rêveur et instinctif, l’ensemble de sa vie repose essentiellement sur l’émotion, l’affection et la sentimentalité. Ces traits de caractère ne concernent pas seulement le domaine affectif puisqu’ils rejaillissent dans tous les actes de sa vie. Il est réceptif à toutes les marques de tendresse, à tous les témoignages d’affection et à toutes les attentions délicates. Plus que tout autre, le lunaire possède une faculté de compréhension du monde qui l’entoure grâce à son pouvoir de perception accrue.

La construction de sa personnalité se fonde sur le rassemblement de toutes les énergies afin que ses rêves prennent forme et deviennent réalité. Mais, cette construction peut s’avérer parfois difficile si ses rêves ne sont pas délivrés de toute illusion. Le lunaire est d’une nature nostalgique, basée sur les souvenirs : il est le gardien de la mémoire, du patrimoine et de l’hérédité. Il est très attaché au lieu, aux coutumes, à la culture et à l’histoire. Ces bases lui permettent de se situer dans le temps et dans l’espace.

C’est un être, à la fois, adaptable et influençable, présentant toujours aux autres le visage qu’on attend de lui. Il déborde d’imagination, aime la compagnie, le divertissement et fait preuve d’un grand sens du comique et de la fantaisie, ne dédaignant pas le fait d’avoir un public pour se donner en représentation. Il aime à cultiver un côté fantasque et n’hésite pas à se caricaturer par dérision, ce qui lui permet de quitter sa personnalité conventionnelle. Malgré tout, il conserve un esprit craintif et anxieux pouvant le pousser à la passivité et à l’indolence. Le lunaire est, en conséquence, un personnage souvent contradictoire et mystérieux qui peut tout aussi bien faire preuve du bon sens le plus terre-à-terre, comme de l’idéalisme le plus exalté.

Ses contradictions multiples peuvent le faire paraître comme inconstant ou facétieux aux yeux de son entourage. Ses côtés changeant et parfois lunatique peuvent surprendre. Il sait aussi faire preuve de beaucoup de pudeur et d’humilité car il ne cherche pas à s’imposer par la force ou le brio mais par la douceur. Le lunaire est en perpétuelle recherche d’une protection affective qui découle d’un profond amour qu’il porte aux membres de sa famille, en particulier, ses parents. De ce fait, il n’aura de cesse de vouloir reproduire le même schéma dans sa vie personnelle.

Les notions de fécondité et de fertilité étant très importantes pour lui, il concentrera son énergie à la fondation d’une famille qui lui sera propre et dans laquelle, il se réalisera pleinement. Il recouvrira d’ailleurs une seconde jeunesse à travers ses enfants. En effet, le foyer est la plus belle manifestation de réussite et d’épanouissement pour le lunaire. S’il atteint cet objectif, il se donnera sans compter à l’organisation et à la gestion du quotidien tout en conservant cette part de rêve et de perfection des sentiments qui lui sont chers.

Curieux de tout, il aura de nombreux centres d’intérêt tout au long de sa vie. Sur le plan social, le lunaire a besoin de se sentir utile et reconnu pour exister, ce qui le pousse fréquemment à s’orienter vers des carrières publiques (professorat, show-biz, commerce…etc. ) à moins que son amour de la tranquillité et de la nature ne l’incite à aller vers l’artisanat (travail du bois, dessin, ...etc. ) et les travaux effectués à domicile.

 

 

 

 

Le signe du Cancer : portrait au vitriol :

 

Si l’être humain peut s’améliorer, évoluer, gommer ses défauts et mettre en avant ses qualités, il arrive aussi au contraire qu’il s’enferre dans ses pulsions les plus négatives. Cette régression peut par exemple être entraînée par l’alcoolisme, par des circonstances de vie particulièrement difficiles ou encore par l’accumulation de névroses.

 

Il n’en reste pas moins que les valeurs propres à son signe sont alors largement corrompues et qu’on peut en faire un portrait « au vitriol ». Voici donc la description du Canecer (ou du lunaire) dans ce qu’il peut développer de plus négatif et de plus méprisable. Ce portrait s’applique bien sûr aussi bien à un homme qu’à une femme.

 

 

Le Cancer négatif ou Vieux Crabe

 

Le Vieux Crabe, d’une émotivité maladive, est la proie facile de son entourage, de sa naïveté et de sa tendance à fuir les responsabilités et le principe même de réalité.

Replié dans sa coquille et ses fantasmagories personnelles, il se confond bientôt avec un caillou, inerte, muet et entièrement dépendant de son milieu qui le façonne. Souvent très complexé et très plaintif, il peut se déchaîner en une colère éclair pour tromper son monde mais il n’a pourtant au fond de lui aucune certitude et il suivra béatement le dernier à avoir parler. Plutôt que de s’ouvrir au monde, de mettre une pince dehors, il aura tendance à attirer les autres dans sa bulle, dans sa déchéance et, pour peu que son charme soit agissant, il arrivera à apitoyer suffisamment son monde pour que ses pauvres victimes (essentiellement choisies au sein de sa famille) finissent par rentrer dans son jeu et l’accompagnent sur la pente raide de ses élucubrations et approximations.

Fantasque, susceptible à l’extrême, sa passivité le pousse à la nostalgie ou même à la neurasthénie et c’est un éternel pleurnichard qui cherchera son équilibre à travers une personne forte, un roc, auquel il pourra s’attacher à la manière d’un coquillage et dont il vampirisera peu à peu la moelle vitale, l’énergie, la fougue.

Souvent, notre Vieux Crabe accordera une priorité exagérée à son intuition, souvent faussée par ses fantasmes, et ce sera donc l’homme ou la femme des grandes inspirations idiotes, des martingales qui ne fonctionnent pas, des projets farfelus et irréalistes.

Evidemment, il impute systématiquement ses échecs aux autres, à la société ou à une destinée maudite.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Source : 

Autour de la lune

http://www.autourdelalune.com/

 

 

 

 

 



07/01/2012
1 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 503 autres membres