Bélier

Attention: la position du soleil, qui détermine votre signe de naissance, n'est qu'un des très nombreux éléments qui entrent en compte dans votre thème astrologique. Selon la position des autres planètes, de l'ascendant, des maisons et des aspects, les caractéristiques du signe de naissance peuvent être renforcées ou atténuées. Ces descriptions concernent des signes types, à lire donc avec recul et surtout avec humour et détente!

 

 

 

 

 

Le Bélier

  

 

astrologie signe du zodiaque belier

 

 

 

Portrait :

 

Je suis bourré d’énergie et j’ai   besoin d’occuper   mes  mains et de faire travailler mon corps pour me   sentir bien dans ma peau de  mouton. J’adore qu’on me contredise   car on ne peut guère   lutter contre les  gens qui cherchent toujours   la conciliation et la lutte m’exalte,   sous  toutes ses formes. Il n’y   a que mes ami(e)s Balance avec lesquel(le)s je ne  peux foncer tête baissée : leur charme me désarme,   moi le guerrier du zodiaque  !

 

Je me sens   souvent comme un chevalier en quête    d’aventure, prêt à défendre   la veuve et l’orphelin,   gros cœur et grosse  colère ! Au   fond, je sais que plus on me met la pression et plus j’ai  d’énergie…

 

Par-dessus tout, le Bélier déteste la  monotonie : devoir faire   inlassablement les mêmes choses me mine jusqu’au bout  des cornes.   Ce dont j’ai   besoin ce sont   de nouveaux défis à  relever et de  nouvelles choses à entreprendre   !  On parle souvent d’éléphant dans un magasin  de porcelaine… Mais   imaginez-moi, Bélier furibond, au milieu  d’assiettes et   de jolies tasses. Croyez-moi, je vaux bien un pachyderme  question dégâts,   ouais pour sûr !   On me reproche souvent d’être un peu  lourdaud d’ailleurs.   C’est que c’est difficile de tourner 7 fois sa langue  dans sa bouche   : c’est un truc pour Taureau ça ! Mais bon, parfois, je dois  bien   reconnaître que je vexe les gens contre mon gré et sans m’en   rendre  compte en plus ! Ben oui, on me dit candide aussi… Et puis, pfff,   ce n’est pas  si grave un coup de gueule ! Je retombe aussi vite que je suis monté.

 

Oui, je sais, pas toujours   facile à gérer le bouquetin et  cela me pose quelques problèmes   de discipline ! D’ailleurs, je ferais tout  pour devenir mon propre chef…    J’ai un principe en la matière : un ordre est  bon s’il    vient de soi, et j’aime accomplir une volonté si c’est    la mienne  !      Egoïste ? Bah, parfois peut-être (nul n’est    parfait !). Mais je  préfère quant à moi parler d’indépendance,    d’autonomie et de soif de  liberté.

 

Et puis, je pense bien avoir d’autres qualités humaines ! Le Bélier est  loyal et serviable, passionnel dans ses amours,  fougueux et toujours   enthousiaste. J’aime la bonne vie et je suis un actif, un  vrai, qui s’ennuie    rien qu’à l’idée de devoir aller se coucher.. Encore que  ça dépend avec qui car je suis aussi très actif et   passionnel sur ce plan là,  si vous voyez ce que je veux dire !

 

On me dit autoritaire mais n’est-ce pas la meilleure façon de   pouvoir faire ce que l’on veut ? En tous les cas, si ça pose un problème à  quelqu’un, on peut toujours aller en discuter dehors…

 

Dernière précision pour ceux qui ne me verraient que comme  une   brute sans cervelle : Emile Zola était Bélier jusqu’au    bout des sabots avec le Soleil, la Lune, Mercure, Mars et  Pluton dans ce signe   !

 

 

Le signe du Bélier : correspondances

analogiques :

 astrologie signe du zodiaque belier

 Cliquez pour zoomer

 

 

Analogies astronomiques

 

 

Dite planète rouge du fait de son éclat écarlate, Mars est hérissé de cratères gigantesques   et de volcans  monstrueux (Olympus Mons culmine à 27 000 mètres   d’altitude !) évoquant   une  activité géologique intense, explosive et ostentatoire.

Sans   doute autrefois riche en eau (maintenant concentrée  aux pôles    sous forme de glace), Mars a semble-t-il connu une  sorte de fièvre    planétaire   qui en a fait un désert poussiéreux, balayé de    tempêtes.

Précisons  également que Mars possède deux  satellites,   Phobos (la peur) et Deimos (la crainte), deux astres noirs peu  accueillant   dont les surfaces apocalyptiques  évoquent facilement d’anciens    champs de bataille, tout comme la croûte de Mars elle-même.

Analogies symboliques

Point rouge dans le ciel, la seule couleur de Mars est en   analogie avec le sang et le feu quelque soit la  culture considérée. De même,   si on se réfère   au code chromatique de la  nature, le rouge   est la couleur du danger (par exemple, les insectes rouges  sont en général   dangereux, ou veulent le faire croire pour se protéger).  Le  rouge, c’est aussi pour beaucoup la couleur de la passion, du cœur   (et donc  des sentiments, désirs et élans), de l’excitation,   de la colère et de  l’effort.

Mars, gouverneur du Bélier,  est aussi en analogie avec le bouc, lui-même   symbole de fécondité, de  fertilité mais aussi représentatif   de la puissante ambivalente (constructive  ou destructrice) de la libido. C’est   le désir qui permet l’action, l’énergie  instinctuelle   qui peut devenir réalisation.

Les pathologies imputables à Mars sont de  deux types : les inflammations   (fièvre, œdème, rougeurs…) et toutes les  agressions   issues de la confrontation du corps à son environnement : brûlures,   cassures, foulures, coupures…

Analogies mythologiques

Hormis le mythe de Mars / Arès, nous pouvons  également   faire référence à Hercule   (héros volontaire et   impavide,  séducteur et indépendant)   ou à Ajax (héros   jaloux et violent) en ce qui  concerne la culture gréco-romaine.  Mais on peut également, en élargissant nos  sources mythologiques,    songer à Atar (dieu du feu et de la virilité en pays  sumérien), à Khnoum    (Dieu impulsant l’étincelle vitale aux hommes chez les  Egyptiens de l’Antiquité) ou encore à  Mile, Dieu de la guerre celte.

 

 

Portrait de la dominante Martienne :

 

 

Il n’est pas nécessaire d’être né   sous le signe du Bélier pour en avoir toutes les caractéristiques. En effet, si  dans un thème   natal Mars est la planète dominante (voir le  calcul des dominantes    dans le lexique) le natif développera naturellement les  qualités    et défauts de cette planète traditionnellement maîtresse    du signe  du Bélier. Toutefois, la dominance de Mars  présente    de subtiles nuances caractérielles par rapport à la dominance    du  signe du Bélier.

 

 

 

Voici donc le portrait du type martien :

Si la personnalité martienne ne devait se résumer   qu’à un    seul attribut, ce serait l’action. Ce personnage est intimement lié à  la notion de décision à prendre   puisque c’est ainsi qu’il envisage la vie :  vaincre une menace,   maîtriser un obstacle, chasser une inquiétude, pénétrer     un savoir ou appliquer un pouvoir. Il est convaincu que seul, la volonté permet de dépasser   tous les obstacles de l’existence.

Il possède les qualités essentielles à la création :    l’esprit d’initiative, le courage et   l’énergie. Il  ne revient jamais sur ses créations passées car toujours dans   l’impulsion  initiale, il préfère en faire de nouvelles   que perdre son temps à revenir sur  d’anciennes.

De nature active et franche, le martien  supporte mal que les choses se fassent sans lui. Il tentera toujours de se  rendre indispensable par ses actions et son esprit de décision.  Il  recherche inlassablement à se réaliser au travers d’actions téméraires  et compétitives, voire chevaleresques,  à l’image du défenseur  de la veuve et de l’orphelin. La victoire facile n’est pas pour   lui et son  besoin de conquête est à la  mesure de sa générosité.

Ses  élans fougueux et impulsifs naturels   devront de toutes façons être peu ou prou disciplinés dans  le cadre social.  Le  martien acceptera volontiers la hiérarchie   (en tant que chef comme subordonné)  si celle-ci lui permet de donner   libre cours à sa spontanéité  instinctive.  En cas de conflit, sa personnalité bouillonnante et     son entêtement le prédisposent, initialement, à la colère.     En effet, sa réaction première à une éventuelle    crise le conduit à être violent, furieux ou brutal.    Mais cet emportement est très vite remplacé  par    un besoin de comprendre les  raisons du problème afin d’envisager    une solution, ce qui lui permettra  d’accéder à de nouvelles    perspectives, à de nouvelles visions des  situations.

L’énergie du martien est colossale    et il peut  arriver qu’il ait des difficultés à l’exprimer,    notamment au niveau de sa  communication. Il sera souvent agressif, insolent ou moqueur mais,    devant l’incompréhension de son entourage, il pourra,  soit s’enfermer    dans un mutisme bouillonnant, soit s’emporter violemment.

Le martien possède une force de caractère qui l’incline à  essayer   toutes les idées audacieuses et tous les concepts innovants    qui pourront être mis à sa disposition. Son allant l’incite au besoin  d’expérimenter les   choses nouvelles allant jusqu’ à sortir des  sentiers battus, quitte à faire   preuve d’imprudence ou  d’irréflexion.

Le martien ne supporte aucun obstacle, aucun retard dans  l’évolution   de ses entreprises, quelles qu’elles soient. De même, il peut  difficilement   s’épanouir dans la quotidienneté ou la sécurité ce   qui  inhiberait sa soif d’initiative.

Dans ses relations avec les autres, y compris dans ses  rapports amoureux, il  possède le même empressement à conclure  mais il  a tendance à se lasser très vite d’une situation  si celle-ci ne connaît pas  d’évolution. Avec son (sa) partenaire,  il pourra bâtir une vie épanouissante    dans la recherche partagée  de nouvelles dimensions ou dans un idéal    commun.

Le martien s’orientera plutôt vers des métiers où leur  vitalité pourra s’exprimer librement, sans contrainte, dégagée de toute  autorité. Il aimera commander, diriger et organiser. Les professions à caractère  libéral, artisanal ou indépendant   sont ses secteurs favoris, à condition que  ces différentes activités   soient l’objet d’un défi, d’une prise  de risque ou d’un dépassement de soi (sportif, militaire,  pompier, ... etc.).

Le martien ne conçoit pas l’idée de dépendre financièrement  d’autrui, ce qu’il vivrait comme une véritable entrave à sa liberté d’action.  C’est pourquoi, il prendra très tôt conscience du rôle   essentiel de l’argent  et qu’il mettra un point d’honneur à se   suffire à lui-même sur ce plan.

 

 

 

Le signe du Bélier : portrait au vitriol :

 

Si l’être humain peut s’améliorer, évoluer,   gommer ses  défauts et mettre en avant ses qualités, il arrive   aussi au contraire qu’il  s’enferre dans ses pulsions les plus négatives.   Cette régression peut par  exemple être entraînée    par l’alcoolisme, par des circonstances de vie  particulièrement    difficiles ou encore par l’accumulation de névroses.

 

Il n’en    reste pas moins que les valeurs propres à son  signe sont alors largement    corrompues et qu’on peut en faire un portrait « au  vitriol ».  Voici donc la description du Bélier (ou du martien)  dans ce qu’il   peut développer de plus négatif et de plus méprisable.   Ce  portrait s’applique bien sûr aussi bien  à un homme qu’à une   femme.

 

 

Le Bélier négatif ou Brebis galeuse

Agitée et forte en gueule, notre Brebis galeuse est    tellement persuadée   que la brutalité vient à bout de   tout qu’elle se jette    tête la première dans n’importe   quelle affaire et s’entête   stérilement à  agresser   des gens qui ne lui ont rien fait mais qui ont le malheur d’être    plus faibles qu’elle.   Elle prend un malin plaisir à persécuter   son monde, y  compris sa famille, trouvant une joie sadique à humilier   et provoquer son  prochain afin de se sentir supérieure.

Arriviste  étourdie et naïve, elle se trompera presque  systématiquement   d’adversaire ou de cause, et sa rancœur se dirigera vers les  innocents   car elle est aigrie par la vie et ne voit pas pourquoi les autres  auraient   le droit d’être heureux.  Facilement influençable par ceux qui  parlent le plus fort ou qui promulgue   la haine, elle se laissera aveuglée par  les discours qui flatte son   ego tout en rejetant toutes les responsabilités de  ses échecs   sur un « bouc émissaire ».

Egoïste, injuste et glouton, notre brebis galeuse vire  facilement à la   misanthropie et à  la dépravation puisque le seul intérêt    qui lui reste à vivre est de jouir au maximum, quel qu’en soit   le prix ou les  conséquences.

Virant facilement au despotisme de salon, irascible et  belliqueuse, elle pourra être brutale physiquement autant que verbalement. Son  absence de tact n’aura d’égal que son caractère   emporté et puéril.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Source : 

Autour de la lune

http://www.autourdelalune.com/

 

 

 

 

 



06/01/2012
3 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 505 autres membres